Pulchérie, la femme de Jérôme (honte sur moi ...)
 

Mon copain Jérôme, qui est commercial dans une petite entreprise de la région (‘directeur commercial’, comme il dit, ils sont trois dans la boite), a épousé une camerounaise, nommée Pulchérie-Anita (un prénom comme çà, çà ne s’invente pas). Les africaines sont en général des épouses fidèles et patientes, mais lui, de ce point de vue là, il a pas vraiment tiré le bon numéro. Cela dit, elle est charmante.

Depuis le premier jour, lorsqu’il nous l’a présentée, elle m’a provoqué plus ou moins discrètement. Un regard trop appuyé par ici, une bise qui glisse un peu trop sur le coin de ma bouche, un pied nu qui remonte lentement le long de ma jambe pendant un repas chez eux …

J'ai des principes assez fermes de ce point de vue là. J'aime les filles, certes. Mais un copain, un vrai, c'est difficile à trouver et çà ne vaut pas le coup de le perdre pour quelques parties de fesses en l'air. J'ai donc résisté à la tentation. Çà aurait pu vexer Pulchérie-Anita, mais mon côté ‘incorruptible' a peut-être plutôt constitué pour elle une sorte de défi.

 


Pulchérie-Anita, chez elle.

 


Pulchérie-Anita, sur son canapé.

 

Et puis Jérôme s'est gravement manqué. Il m'a fait un sale coup, pas sympa et pas glorieux. Ben il aurait pas du. Comme il s'absente souvent des semaines entières pour aller vendre sa camelote dans tous les coins de l'hexagone …

 

J'espère qu'il ne tombera pas sur ces photos, sinon il va pas être content le Jérôme. Surtout que c'est son salon et son canapé (qu'il a pas fini de rembourser) qu'on voit sur la photo … Cela dit, je ne peux pas vous raconter ici le coup qu'il m'a fait, mais je vous jure qu'il ne l'a pas volé …

 
 


 

Mon ex ...
 


Lise, en ballade à Paris.

 

Ce sont des photos intimes, un peu personnelles, mais bon. Mon ex-femme, Madame 'Gazelles', sans commentaires. On était dans un hôtel pourri à Paris, on était allés voir un concert d’Iggy Pop. Elle tenait la forme, à l’époque. Officiellement, on est restés copains, mais on se voit jamais …

Elle est pharmacienne, dans le centre ville d’Avignon. Avant, elle me filait des Viagras et des Levitras gratos. Bon, ben je vais pas vous résumer ici 14 ans de vie commune, c’est pas l’endroit pour et je suis pas certain que çà vous passionne.

Tu me manques, quand même.


Noy, mon rouleau de printemps ...

 

 


Noy, un dimanche à la campagne

 

Un de mes ex-collègues de bureau, du service de documentation de la Mairie d'Avignon, partait chaque été en Thaïlande ou j'ai cru comprendre qu'il se livrait à quelques excès.  

Il a fini par s'attacher à une de ses petites conquêtes locales, qu'il a ramené dans ses  valises : Noy, une très jolie petite Thaï de 21 ans. Il ont eu un enfant et ont vécu plutôt heureux jusqu'à ce qu'un bête cancer du poumon ne le terrasse, l'hiver dernier. J'aimais bien ce type-la, paix à son âme.

 

Noy s'est retrouvée seule avec pas un sou de côté, un loyer et un enfant à charge. Elle dit que par fidélité à la mémoire de Patrice et par respect pour son fils elle ne se remariera jamais. Dommage ... Mais c'est une fille qui a tout de même un appétit sexuel exigeant et qui a du mal à résister à la tentation.

Paradoxalement, sa 'fidélité' la rend donc très ... accessible. Je me demande d'ailleurs si ce n'est pas pour ça, justement, qu'elle ne souhaite pas 'refaire sa vie'. J'ai une copine qui dit l'avoir vue récemment dans un club échangiste où elle venait soi-disant juste boire un verre.

Je l'ai croisée il y a trois mois en ville. Elle m'a dit que pour s'en sortir elle fait de la cuisine Thaï et Vietnamienne qu'elle livre à domicile, en attendant de recueillir les fonds nécessaires à l'ouverture d'un petit restau en centre ville. Courageuse, cette fille. Et vraiment craquante.

 


 


Noy, dans ma voiture

 

J'ai pris son numéro et le soir même j'ai commandé quelques nems et un poulet au coco. Lorsque j'ai ouvert la porte, rien que son regard sur le palier m'a fait fondre. Je lui ai un peu sauté dessus. Elle a résisté, pour la forme, en disant qu'elle m'avait connu par son mari et qu'elle avait l'impression de le trahir.  

J'ai insisté un peu, et au bout de quelques minutes, pendant que les rouleaux de printemps refroidissaient dans la cuisine, elle réchauffait mon gros nem à moi, avec application. Et c'est moi qui ai fourni la sauce. Très forte, cette fille. La plus longue fellation de ma vie, plus d'une heure, sans mentir.  

Elle refuse que nous ayons une relation suivie. Mais de temps en temps, le soir, quand je me sens un peu seul, je commande quelques nems que je n'ai ensuite jamais le temps de manger. C'est fou, cette passion subite pour la cuisine asiatique ...

 

J'ai eu un peu de mal à la convaincre de se laisser photographier. La série dans les toilettes est la première qu'on a faite et elle fait un peu la gueule. Maintenant, elle s'est bien détendue : j'ai des photos très 'hard' d'elle, avec des nems et des baguettes, justement. Mais elle ne veut pas que je les publie, elle dit que ça fait un peu trop, désolé les gars.  

Elle a aussi une vague cousine bien sexy qui vit chez elle et que je ne désespère pas d'attraper un jour. En fait je rêve d'une petite partie à trois, mais c'est pas gagné ... Si j'y arrive et qu'elles acceptent de se faire photographier, je vous en ferai aussi profiter. On verra.

 


 


Noy, chez moi.

 

Si vous êtes de passage en Provence et que vous voulez tenter votre chance, elle est facile à trouver : demandez aux pages jaunes. Elle est la seule à livrer des plats asiatiques à domicile sur Avignon.

Même si elle est sympa et plutôt facile à séduire, ne soyez pas trop direct, elle a sa fierté. Et je ne vous conseille pas de lui dire comment vous avez entendu parler d'elle. Question de tact ...


Les petites gitanes de Salon-de-Provence
 


Coralia, ma gitane

 
Vous voulez un bon tuyau ? Les petites gitanes, roms, manouches … toutes sales et mal habillées, qui font la manche aux feux rouges, ne s’accoutrent comme cela que pour inspirer la pitié. Certaines sont en fait de vraies princesses. Levez simplement les yeux, au lieu de détourner le regard pour ne pas lâcher 20 centimes d’Euros, radins que vous êtes.

Je vais assez souvent à Salon-de-Provence, pour voir ma sœur (euh … elle, je mets pas ses photos. C’est pas parce que c’est ma sœur, mais je suis pas sûr qu’elle vous plaise). Et un jour, au feu rouge qui est juste devant le Monoprix, j’ai vu Coralia, mon Esméralda à moi. J’ai eu une inspiration : au lieu de la brancher lourdement, je suis repassé une heure plus tard et je lui ai simplement glissé un billet de 20 Euros et mon numéro de téléphone, sans rien dire.

 

Un très bon investissement. Vous aussi vous pouvez essayer, çà marche : le soir même elle était sur mon canapé. Je l’ai secouée deux ou trois fois par semaine. Les photos c’est à l’hôtel, parce qu’on avait pas toujours le temps de remonter sur Avignon et qu’il faisait trop froid pour aller dans les bois.

Cette fille-là, c’est de la braise. Elle réchauffe la pièce à elle seule. Elle vient de Bucarest, gagne 20 Euros par jour, 14 fois plus que ce qu’elle gagnait en Roumanie. En roumain, ‘Je t’aime’ se dit ‘Te iubesc’ (prononcer ‘té ioubesc’). Manque de bol elle a été expulsée parce que ses papiers n’étaient plus en règle. Merci Nicolas. Bon, elle était de retour trois semaines plus tard avec un joli visa tout neuf (tout s’achète, même Nicolas …).

Mais l’histoire a tourné au vinaigre, parce que sa belle sœur Paola, (la femme de son frère, donc, un homme jaloux mais pas très observateur) a profité de l’expulsion en Roumanie pour me téléphoner discrétos.

 


Coralia à l'hôtel

 


Paola au studio

 
Vu la manière dont elle m’avait abordé, je pensais que Paola en voulait plus à mes sous qu’à mes beaux z’œufs. Mais en fait non. C’est une jolie fille, honnête et un peu délaissée. Ses yeux sont ‘vairons’, c'est-à-dire de couleurs différentes, comme David Bowie. Il parait que çà porte bonheur.

Paola a posé une condition ferme, dès le premier bisou : ‘Je ne veux pas fairrrrrre l’amourrrrr dans les fesses’ (les rrrrrs c’est pour l’accent). Traduction : la sodomie, elle était absolument contre, sans même avoir essayé. En Roumanie, c’est pas poli, parait t’il. Au lieu de négocier, j’ai dit :
. que ce n’était pas grave,
. que bien sûr je devais bien avouer que j’adorais çà,
. que bien entendu toutes les françaises et toutes mes ex faisaient çà tous les jours et avec enthousiasme,
. mais que par amour pour elle, je pouvais très bien survivre sans.

 

La réaction ne s’est pas fait attendre. Deux semaines après, de peur de me perdre, c’est elle qui insistait pour essayer. Mon copain ‘Sensilub’, en vente dans toutes les pharmacies, m’a encore une fois bien aidé. [A ce propos, pub gratos : si vous ne connaissez pas, il vous en faut AB-SO-LU-MENT. Surtout pour les premières fois. Faut juste oser le demander au pharmacien, ou alors volez-le, ou bien envoyez votre petit neveu qui sait pas ce que c’est. En plus çà fait augmenter le chiffre d'affaires de ma femme...].

Bref, elle s’est mis à vraiment aimer çà et maintenant c’est elle-même qui la place au ‘mauvais’ endroit. Ce qui m’arrange par ailleurs, parce que c’est quand même le meilleur moyen de contraception que je connaisse. Dire que son mari n’y a toujours pas droit …

J’aime bien cette fille, même si elle aussi est parfois un peu possessive. Heureusement qu’elle est mariée et qu’elle habite à 40km de chez moi. Sinon elle me traquerait toute la journée. Elle fait elle aussi la manche à un feu du centre ville. Si vous allez à Salon vous ne pourrez pas la manquer.

 


Paola

 


Lilly, chez moi.

 
Quand on en connaît une, on peut les approcher toutes. Deux autres ne m’ont pas résisté, bien que de façon plus éphémère :

. Ana, une vraie nympho celle-là, 19 ans j’espère, avec des petits seins très durs et des yeux d’un bleu sombre incroyables. Son frère a eu quelques soupçons mais je m’en suis bien tiré. Il la croit vierge, c’est très important pour eux, aski parait. Dommage qu’elle ait refusé de faire des photos.

. Lilly (en fait elle s’appelle Félicia) une très jolie (fausse) blonde, elle aussi étrangement fraîche étant données ses conditions de vie. Au départ, on devait prendre des photos pour qu’elle les envoie à sa famille en Roumanie et puis çà a carrément dégénéré, çà arrive. Ben les gitanes ne sont pas toutes farouches, voilà ce que j’en conclus.
 

Je commence à être un peu grillé dans le milieu, je ne sais pas si je pourrai vous en trouver d'autres …On verra. Faudra peut-être changer de ville, on n'en a pas à Avignon. Mais si elles vous plaisent, toutes celles-là sont visibles aux feux rouges de Salon-de-Provence.

Si vous leur parlez, ce serait sympa de pas les aborder en leur disant que vous les avez vues toutes nues sur le net … Elles sont plus ou moins au courant, mais pas leurs maris et leurs frères, et je tiens à mes abatis.

 


Lilly, chez moi.